Virus

Virus Ebola : Quelles mesures de prévention en Tunisie ?

Le ministère de la Santé a annoncé hier lundi 4 août la mise en place d'un plan de prévention contre le virus Ebola, qui n'a pas encore touché la Tunisie mais qui sévit depuis plusieurs mois en Afrique de l'Ouest.

Ce virus provoque une fièvre hémorragique virale aiguë  avec une capacité à provoquer la mort atteignant 90 % et pour laquelle il n'existe aucun traitement.

Il se transmet par contact direct avec des malades ou avec des animaux sauvages contaminés.

Une commission technique de prévention et de lutte contre le virus Ebola vient donc d'être créée.

"Risque minime" selon l'Observatoire nationale des  maladies nouvelles et émergentes 

"Le risque pour la Tunisie est très minime : le virus est pour l'instant cantonné un Afrique de l'Ouest, et il ne se transmet pas par voie aérienne [en se diffusant dans l'atmosphère, ndlr] mais par contact direct avec des malades ou avec des animaux sauvages contaminés" , insiste Noureddine Achour, le directeur de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, qui préside la commission de prévention.

"Mais nous avons quand même jugé utile de prendre certaines mesures de prévention, dans le cadre du principe de précaution", ajoute le professeur Achour.

Le plan national de la Tunisie contre le virus Ebola

La plan de prévention mis en place par le ministère de la Santé, qui devrait être opérationnel dans les prochains jours, s'articule en deux axes :

  • Sensibiliser et préparer les services hospitaliers à accueillir, le cas échéant, des personnes contaminées par le virus Ebola. "Le virus se transmet par contact direct avec les fluides corporels des personnes malades [sang, excréments, salive, sperme...], les personnels soignants sont donc les plus exposés", explique Noureddine Achour.
  • Essayer d'identifier toutes les personnes arrivant des pays contaminés qui entrent sur le territoire tunisien : "Nous allons travailler en collaboration avec les autorités aéroportuaires et leur donner des conseils. Ce qui n'est pas facile étant donné que la Tunisie n'a pas de vol direct avec ces pays", précise le professeur Achour.

 

Le virus progresse très vite et pourrait avoir des conséquences catastrophiques selon l'OMS 

Le virus Ebola, qui provoque des épidémies de fièvre hémorragique, concerne aujourd'hui uniquement des quatre pays d'Afrique de l'Ouest : la Guinée, la Sierra Leone, le Liberia et, dans une moindre mesure, le Nigeria (deux cas identifiés à ce jour). Il est néanmoins très contagieux, et l'épidémie actuelle inquiète l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Lors d'un sommet régional organisé le 1er août dernier à Conakry, la capitale guinéenne, la directrice générale de l'OMS Margaret Chan a déclaré que l'épidémie d'Ebola progressait "plus vite" que la mobilisation contre le virus, et qu'elle pourrait avoir des "conséquences catastrophiques". Il n'existe en effet pour l'instant aucun vaccin ni traitement spécifique contre la maladie.

Depuis le début de l'année, le virus Ebola a déjà fait 887 morts sur les 1 603 personnes contaminées, d'après le dernier bilan de l'OMS. Il s'agit de la plus grande épidémie d'Ebola depuis la découverte du virus, en 1976.

Le sujet est également au coeur des discussions au sommet américano-africain qui se tient depuis hier lundi 4 août à Washington, et auquel participe le président de la République Moncef Marzouki, alors que cette rencontre devait traiter principalement des questions économiques.

Ebola pdfebola.pdf (137.27 Ko)Ebola factsheet frebola-factsheet-fr.pdf (114.71 Ko)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site