BIENVENUE AU SITE e-svt

        

 

Ce site a pour objectif de présenter des documents méthodologiques, accompagnés de supports didactiques, relatifs aux sciences de la vie et de la terre, conformément aux programmes en vigueur en Tunisie. Il ne prétend nullement être exhaustif et reste à la disposition de tous les internautes pour envoyer leurs remarques et leurs suggestions à l'adresse électronique qui figure çi-contre.

Bonne navigation !

 

                                                                                                                                                                                                               

 

lajili.mourad@gmail.com

 

               

  

                                                                                                                                                                                           

                                                                                                                                                                                   

 

 

Virus Zika : La Tunisie met en place un plan de riposte et de prévention

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a annoncé le 01 février 2016 que l’infection au virus Zika est une urgence de santé publique de portée internationale. Suite à cette annonce, l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE) a précisé dans un communiqué publié le 2 février, qu’en Tunisie, bien que le risque de circulation du virus Zika reste quasi nul la surveillance sanitaire et la riposte ont été renforcées  tel que recommandé par l’OMS.

 

Le virus Zika est un Flavivirus émergent transmis par des moustiques appartenant à la famille des Culicidae et au genre Aedes dont principalement Aedes aegypti et Aedes albopictus , identifié pour la première fois chez l’homme en 1952 en Ouganda et en République-Unie de Tanzanie. « En Tunisie, selon les données de la surveillance entomologique régulière, l’Aedes albopictus n’a jamais été identifié, l’Aedes egypti n’a plus été identifié depuis les années 1950 » indique le communiqué.

 

Néanmoins, pour faire face à tout risque d’introduction du virus Zika en Tunisie, l’ONMNE propose notamment de renforcer la surveillance sanitaire pour repérer tout cas suspect, d’appliquer les recommandations standards de l'OMS de désinsectisation des aéronefs et les aéroports,  d’informer les professionnels de la santé et le grand public en particulier les femmes enceintes- avec rappel des mesures de prévention et de protection individuelle et collective par l’organisation de séminaires nationaux et régionaux de formation et d’information et d’identifier des domaines prioritaires de la recherche concernant cette maladie et ses complications possibles.

 

L’ONMNE procèdera, par ailleurs, à une stratégie de communication destinée au grand public et aux professionnels de la santé. Ainsi des communiqués de presse et des dépliants seront diffusés  et des séminaires d’information et de sensibilisation seront organisés.

 

L’observatoire précise que toute personne présentant une symptomatologie évocatrice de la maladie (hyperthermie conjonctivale, arthralgie, myalgie) survenant dans les 12 jours suivant le retour d’une zone touchée par le virus doit consulter un médecin.

 

Rappelons que le virus Zika est un virus bénin en apparence mais pouvant provoquer une grave malformation congénitale. Selon l’OMS, le Brésil a notifié en mai 2015 son premier cas de maladie à virus Zika. Depuis lors, la maladie s’est propagée « d’une manière explosive »  dans le pays et a gagné 22 autres pays de la région en date du 27 janvier 2016.

La menace ZICA

Alors que des chercheurs brésiliens viennent de détecter le virus dans l'urine et la salive, la façon dont se transmet Zika fait l'objet de diverses spéculations. Que disent les scientifiques à ce propos?

Par piqûre de moustique: le cas le plus répandu

La piqûre de moustique tigre: c'est le mode de transmission le mieux connu et celui contre lequel les pouvoirs publics se mobilisent le plus. Zika est en effet fortement soupçonné d'être la cause de nombreux cas de microcéphalie, une malformation congénitale, chez les nourrissons. La contamination interviendrait après que les mères ont été piquées pendant leur grossesse. 

"Nous connaissons encore peu le virus Zika dans la mesure où il reste asymptomatique dans 80% des cas. Mais il semble bien être à l'origine de graves malformations foetales", souligne le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service maladies infectieuses et tropicales à l'Hôpital Bichat, à Paris.

Par voie sexuelle: possible mais rare

Mardi, un cas de transmission intra-humaine a été rapporté au Texas. Selon le docteur Tom Frieden, directeur des Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Un voyageur qui s'était rendu au Venezuela est rentré aux Etats-Unis et a développé des symptômes d'infection, tout comme la personne avec laquelle il a eu des relations sexuelles et qui n'a pas elle quitté le territoire américain.

Ce mode de contamination reste rare. Avant le cas enregistré au Texas, deux autres transmissions par voie sexuelle du virus Zika avaient été enregistrées, en 2008 et en 2015.

Vendredi, les autorités de santé américaines ont plus largement conseillé aux personnes de retour d'une zone infectée par le virus d'utiliser des préservatifs, voire de s'abstenir d'avoir des relations sexuelles.

Par le sang: un premier cas au Brésil

Le virus peut également se transmettre par le sang, a avertit l'OMS jeudi, recommandant de restreindre les dons de sang des voyageurs provenant des pays à risque afin de prévenir une éventuelle propagation de l'épidémie. Le même jour, le Brésil rapportait deux cas de transmission sanguine.

Par la salive et l'urine: un nouveau champ d'étude

Un institut de recherche scientifique brésilien a annoncé ce vendredi le virus Zika, sous forme active, dans la salive et l'urine. Rien ne permet toutefois d'affirmer que c'est un nouveau mode de transmission. Pour le savoir, "Il va falloir faire beaucoup d'études", a expliqué Paulo Gadelha, directeur de l'institut Fiocruz de Rio de Janeiro. Cependant, "la salive et l'urine ne devraient pas être une voie de transmission importante", a précisé la même source.

Il a néanmoins recommandé aux femmes enceintes de se protéger. Encore une fois. Elles "doivent prendre des mesures de précaution", comme "éviter d'embrasser, de partager les couverts" d'une personne qui présente des signes laissant penser qu'elle a contracté le Zika.

Virus Ebola : Quelles mesures de prévention en Tunisie ?

Le ministère de la Santé a annoncé hier lundi 4 août la mise en place d'un plan de prévention contre le virus Ebola, qui n'a pas encore touché la Tunisie mais qui sévit depuis plusieurs mois en Afrique de l'Ouest.

Ce virus provoque une fièvre hémorragique virale aiguë  avec une capacité à provoquer la mort atteignant 90 % et pour laquelle il n'existe aucun traitement.

Il se transmet par contact direct avec des malades ou avec des animaux sauvages contaminés.

Une commission technique de prévention et de lutte contre le virus Ebola vient donc d'être créée.

"Risque minime" selon l'Observatoire nationale des  maladies nouvelles et émergentes 

"Le risque pour la Tunisie est très minime : le virus est pour l'instant cantonné un Afrique de l'Ouest, et il ne se transmet pas par voie aérienne [en se diffusant dans l'atmosphère, ndlr] mais par contact direct avec des malades ou avec des animaux sauvages contaminés" , insiste Noureddine Achour, le directeur de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, qui préside la commission de prévention.

"Mais nous avons quand même jugé utile de prendre certaines mesures de prévention, dans le cadre du principe de précaution", ajoute le professeur Achour.

Le plan national de la Tunisie contre le virus Ebola

La plan de prévention mis en place par le ministère de la Santé, qui devrait être opérationnel dans les prochains jours, s'articule en deux axes :

  • Sensibiliser et préparer les services hospitaliers à accueillir, le cas échéant, des personnes contaminées par le virus Ebola. "Le virus se transmet par contact direct avec les fluides corporels des personnes malades [sang, excréments, salive, sperme...], les personnels soignants sont donc les plus exposés", explique Noureddine Achour.
  • Essayer d'identifier toutes les personnes arrivant des pays contaminés qui entrent sur le territoire tunisien : "Nous allons travailler en collaboration avec les autorités aéroportuaires et leur donner des conseils. Ce qui n'est pas facile étant donné que la Tunisie n'a pas de vol direct avec ces pays", précise le professeur Achour.

 

Le virus progresse très vite et pourrait avoir des conséquences catastrophiques selon l'OMS 

Le virus Ebola, qui provoque des épidémies de fièvre hémorragique, concerne aujourd'hui uniquement des quatre pays d'Afrique de l'Ouest : la Guinée, la Sierra Leone, le Liberia et, dans une moindre mesure, le Nigeria (deux cas identifiés à ce jour). Il est néanmoins très contagieux, et l'épidémie actuelle inquiète l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Lors d'un sommet régional organisé le 1er août dernier à Conakry, la capitale guinéenne, la directrice générale de l'OMS Margaret Chan a déclaré que l'épidémie d'Ebola progressait "plus vite" que la mobilisation contre le virus, et qu'elle pourrait avoir des "conséquences catastrophiques". Il n'existe en effet pour l'instant aucun vaccin ni traitement spécifique contre la maladie.

Depuis le début de l'année, le virus Ebola a déjà fait 887 morts sur les 1 603 personnes contaminées, d'après le dernier bilan de l'OMS. Il s'agit de la plus grande épidémie d'Ebola depuis la découverte du virus, en 1976.

Le sujet est également au coeur des discussions au sommet américano-africain qui se tient depuis hier lundi 4 août à Washington, et auquel participe le président de la République Moncef Marzouki, alors que cette rencontre devait traiter principalement des questions économiques.

Ebola pdfebola.pdf (137.27 Ko)Ebola factsheet frebola-factsheet-fr.pdf (114.71 Ko)

Sels minéraux et vitamines

Les vitamines et les sels minéraux sont les piliers de la vie ; ils sont indispensables à l’organisme. Notre corps ne pouvant pas produire ces éléments nutritifs, ils doivent être absorbés chaque jour en quantité suffisante à travers les aliments.

Vitamines 

Bien que les vitamines ne fournissent pas d’énergie, elles jouent un rôle capital pour le métabolisme. Leur mission consiste à réguler l’assimilation des glucides, des protéines et des sels minéraux. Elles renforcent le système immunitaire et sont indispensables à la constitution des cellules, des globules, des os et des dents. Les vitamines sont des éléments nutritifs essentiels devant être fournis par l'alimentation, car le corps ne les fabrique pas. La seule vitamine produite par l’organisme est la vitamine D. Cette dernière se forme dans l’épiderme grâce aux rayons du soleil. Reste que même la vitamine D doit être absorbée à travers les aliments pour couvrir les besoins du corps.

Sels minéraux 

Les sels minéraux sont des éléments nutritifs qui ne fournissent pas d’énergie mais qui sont cependant indispensables à de nombreuses fonctions du corps. Ils se répartissent en macro-éléments et en oligo-éléments. Les plus connus sont le calcium et le fer. Nous avons besoin de sels minéraux pour notre métabolisme et nous devons en absorber quotidiennement par le biais de notre alimentation. Contrairement aux vitamines, les sels minéraux sont peu sensibles à la chaleur, à la lumière et à l’oxygène. Ils peuvent néanmoins être appauvris par une cuisson à l’eau. Aussi est-il préférable de faire cuire les légumes à la vapeur plutôt que de les faire bouillir.

Pour plus d'informations :  téléchargez le document suivant  http://uploading.com/a375699a/Vitamines_Mineraux-pdf


Obésité

L'obésité humaine a été reconnue comme une maladie en 1997 par l'OMS. Cette organisation définit « le surpoids et l'obésité comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ». Sa prévention est un problème de santé publique dans les pays développés. Elle peut avoir des répercussions importantes sur la santé de l'individu. Cette maladie multifactorielle est considérée aujourd'hui par métaphore comme une pandémie, bien qu'il ne s'agisse pas d'une maladie infectieuse. En Tunisiel'enquête nationale de nutrition (1996/97) a montré que l'obésité globale (classe 1, classe 2 et classe 3 associées) est relativement fréquente (14%) et elle est significativement plus répandue chez les femmes (22,7%) que chez les hommes (6,4%). Chez les femmes, laprévalence de l'obésité augmente avec l'âge, alors que chez les hommes, elle reste relativement stable. Prévenir vaut mieux que guérir!obésité.pdf obésité.pdf

obésité en Tunisie.pdf obésité en Tunisie.pdf


La redécouverte du code génétique

La redécouverte du code génétique !

A partir d'un seul gàne, l'organisme est capable de concevoir différentes proteines dont l'activité devient spécifique.

Il passe par une étape dite épissage alternatif, au cours delaquelle l'ARNm est découpé puis rassemblé à l'aide d'enzymes spécifiques.

cette phase obéit aux règles d'un code précis dont on vient d'élucider les mystères.  Le code génétique.pdf

L'oeuf et la poule

Il paraît que l'oeuf est apparu avant la poule, dumoins d'après les travaux des paléontologues.

Les dinosaures pondaient des oeufs des millions d’années avant l’apparition de la première poule. Or, même si tous les liens évolutifs n’ont pas encore été totalement éclaircis, on sait aujourd’hui que les oiseaux sont des descendants des dinosaures. La première poule venait d’un oeuf pondu par un oiseau qui n’était pas tout à fait une poule. Pour répondre à la question, l’oeuf est donc venu le premier... Quant à la question «l’oeuf ou le dinosaure»? C’est encore l’oeuf, la réponse, puisque les ancêtres des dinosaures - les poissons et puis les amphibiens - produisaient également des oeufs. Et l’on peut remonter ainsi la chaîne jusqu’au premier organisme marin qui a produit, un jour, ce qui pourrait ressembler à un oeuf - mais évidemment bien différent de celui de la poule d'aujourd'hui...

Evolution controversée

Bonjour

A chaque fois que le thème évolution est abordé en classe, les élèves manifestent une réticence

plus ou moins apparente. Le problème réside dans le fait que l'évolution est enseignée comme

dogme et non comme théorie. D'ailleurs les arguments en faveur de l'évolution sont contrebalancés

par des arguments contre l'évolution que je vous présente ici :

Suivez le lien   Arguments anti-évolution.pdf

                                                                                                                                          

Terminer le programme de la 3ème sc.

          Bienvenue!

 D'après les discussions avec les collègues, il s'est avéré qu'il est très difficile de venir à bout

du programme de s.v.t de la 3ème sciences. Je vous propose une idée : répartir les leçons du thème

 géologie en plusieurs sujets que les élèves traiterons sous forme d'exposés et non de dossiers

(diaporamas, animations flash,etc..). Chaque élève aura 15 minutes pour exposer son travail qui

sera noté comme note de TP du 3ème trimestre. J'attend vos remarques!

Vous êtes le 120487ème visiteur

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×